Zero tolerance on child soldier recruitment

In a transit centre for children affected by conflict run by Caritas Bukavu, Balemba, a former child soldier, enjoys a laugh with the other boys. He had been part of different military units since 1997, forced to walk across half the country by foot in order to fight. Photo by CAFOD

In a transit centre for children affected by conflict run by Caritas Bukavu, Balemba, a former child soldier, enjoys a laugh with the other boys. He had been part of different military units since 1997, forced to walk across half the country by foot in order to fight. Photo by CAFOD

by Floriana Polito

Learn more about this in French

Caritas together with Franciscans International, Pax Romana and Action de Carême held a side-event to the Human Rights Council in Geneva on 16 March entitled “Human Rights Violations in DRC: Responsibility of the Human Rights Council to provide effective responses”.

Fr. Pierre Cibambo, International Liaison officer for Africa at Caritas Internationalis, was invited to take the floor on the phenomenon of child soldiers.

He focused on effective demilitarization, demobilization and reintegration programmes implemented in the Democratic Republic of Congo to stop these grave violations against children.

“A Child’s place is in a school, not in armed groups” said Fr. Cibambo, “There should be zero tolerance on child soldier recruitment. No impunity should be allowed”.

Fr. Pierre stressed the need to adopt and implement effective and long-term economic and social policies to reduce poverty and foster social stability. Children living in poverty are the most exposed to the risk of abduction and recruitment by militias and armed groups. Without an effective reintegration in the social system the risk for them is to return in armed groups, stressed Fr. Cibambo.

During its 10th session (2-27 March 2009), the Human Rights Council discussed future actions to ensure an effective follow-up of the decision taken at special session on DRC which took place on 28 November 2008.

The joint side-event was aimed at breaking the silence and indifference and give a voice to the victims and also, at calling on the Council to provide an effective response to the grave and serious Human Rights violations perpetrated in Congo.

Several NGOs and international organizations from the ground came to witness the human tragedy which is affecting the Congolese population.

Women and children are the most affected. Ms. Justine Masika, Coordinator of Dynamique des Femmes in Goma, witnessed the sexual abuses against women and young girls, used as an instrument of war, all without any real engagement of the government to effectively cope with this deteriorating situation. Ms. Masika stressed thus the urgent need for the Council to appoint a UN Independent expert on DRC for an in-depth investigation on the human rights situation in the country.

If the International community fails to act by providing an effective and concrete response to the current spiral of violence and impunity, there will be no hope for the Congolese People.



Mettre fin au phénomène “Enfants soldats”en RDC à travers le programme DDR.

La contribution et l’expérience de Caritas.

1. SITUATION ACTUELLE
La place des enfants n’est pas dans les groupes armés, elle est à l’école! Malheureusement, en RDC, le phénomène d’Enfants Associés aux Forces et Groupes Armés (EAFGA) tend à devenir endémique. Depuis la fin des années 90, on a observé une augmentation alarmante de la participation directe ou indirecte des enfants dans les conflits armés qui ont fait de millions de victimes en RDC, en particulier à l’est du pays. Ces enfants sont recrutés par dizaines de milliers, notamment parmi les couches les plus défavorisées de la société (enfants de la rue, enfants descolarisés en milieu rural, etc). Il faut dire que l’instabilité politique qui a caractérisé la fin du régime du maréchal Mobutu, la crise économique et la misère aggravées par les mauvaises politiques d’ajustements structurels des années 80 et la corruption des élites, entre autres, accasionnent jusqu’aujourd’hui la violation massive des droits économiques et sociaux des congolais, en particulier des enfants, rendant ceux-ci très vulnérables aux sollicitations des groupes armés.

Depuis 1996, des dizaines de milliers d’enfants âgés de moins de 15 ans ont été forcés de terroriser la population, de protéger les richesses et de se battre, sans entrainement militaire, pour le compte de tous les groupes armés. Véritable force militaire, ces enfants sont des instruments de guerre bon marché, faciles à armer, à diriger et à motiver.

Grâce à l’accord de paix signé en 2003, certains enfants soldats ont été désarmés, démobilisés et réinsérés dans la société. Plusieurs demeurent traumatisés à cause de multiples violences perpétrées contre eux, en particulier les violences sexuelles touchant surtout les filles.

La plupart d’enfants soldats qui ont pu quitter les groupes armés se sont enrôlés à nouveau dans les milices à partir de 2004.

2. STATISTIQUES RECENTES DES ENFANTS SOLDATS EN RDC
Plusieurs sources généralement bien informées (UNICEF, UEPN, IRC, SAVE THE CHILDREN) indiquent que plus ou moins 40 000 enfants ont été enrôlés dans divers groupes armés en RD Congo, ce qui représente le 1/6 d’enfants soldats dans le monde.
En 2008, avec l’appui de ses partenaires, notamment les Nations – Unies, le gouvernement congolais aurait sorti environ 32 000 enfants des rangs de différentes milices. Environ 8 000 enfants soldats se trouveraient encore au sein de différentes milices et forces négatives.

3. PRINCIPALES ZONES DE CONCENTRATION
Le phénomène « enfants soldats » a été constaté partout où des milices sont passées en RD Congo. Cependant les zones de concentration des enfants soldats sont :

Le Kivu : 70%
L’ lturi : 20%
Nord Katanga : 5%
Autres provinces : 5%

4. PRINCIPAUX GROUPES ARMES UTILISATEURS
Les principaux groupes armés qui ont utilisé les enfants soldats sont:

• Union des Patriotes Congolais (UPC);
• Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD);
• Différentes factions Mai Mai;
• Front Démocratique pour la Libération du Rwanda (FDLR);
• Congrès National pour la Défense et le Progrès (CNDP);
• Forces Armées de la RDC (Armée Congolaise).

5. LES EFFORTS DE DEMOBILISATION

– La nouvelle Constitution et le lois de la RDC interdisent l’utilisation des enfants par les groupes armés. Le Gouvernement congolais a ratifié différents instruments juridiques internationaux relatifs aux droits des enfants ( la Convention relative aux droits de l’Enfant de 1989, la Charte africaine des droits et du bien être de l’enfant de 2000, le protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant concernant l’implication d’enfants dans les conflits armés). C’est dans ce sens que la RDCongo a facilité en 2006 l’arrestation de Thomas LUBANGA de I’UPC et l’a remis à la CPI. Le gouvernement a collaboré avec la CPI pour l’inculpation et la détention d’autres seigneurs de guerre en Ituri (Germain KATANGA et Matthieu NGUNDJOLO). Il est nécessaire que le principe de tolérance zero soit appliqué à l’égard de tous ceux qui recrutent des enfants soldats.

– Le Programme National DDR (PNDDR) a été adopté en 2004. Ce programme développé avec l’appui de la Banque Mondiale indique les mécanismes de désarmément, démobilisation et réinsertion et il est géré par l’Unité d’Exécution du Programme National-DDR. Il est financièrement soutenu par la BAD, l’IDA et bien d’autres partenaires.

6. LA CONTRIBUTION DE CARITAS

La Caritas RD Congo en tant qu’instrument de l’action sociale de l’Eglise est fortement impliquée dans le programme DDR grâce à sa présence active dans tout le pays et grâce aux ressources mises à sa disposition par les membres de la Confédération Caritas Internationalis, notamment la Caritas d’Allemagne et la Caritas d’Angleterre. La Caritas-Développement Congo est l’un des principaux partenaires du gouvernement en matière de DDR. Elle a déjà géré la réinsertion de 6000 ex combattants entre 2006 et 2007. Quatre projets de réinsertion de 7200 ex combattants sont en cours dans les provinces du Nord Kivu, du Sud Kivu, du Maniema, du Katanga, dans les deux Kasaï, ainsi que dans la Province Orientale. Caritas met l’accent sur:

– La prévention: vulgarisation des lois et conventions contre l’utilisation des enfants dans les conflits armés à l’intention des officiers militaires, des autorités administratives locales , des élèves et des parents d’élèves, etc. Production des émissions radio, etc.

– La démobilisation: gestion des Centres de Transit et d’Orientation (CTO). Depuis 2004, la Caritas Goma a ainsi obtenu la démobilisation de 2.501 enfants dont 35 filles, soit seulement 1%! Les filles sont les plus difficiles à démobiliser parce que généralement utilisées comme esclaves sexuelles et cuisinières des officiers militaires et autres chefs de milices armées. Les enfants passent en moyenne 3 mois dans nos CTO où les activités principales concernent l’alphabétisation et l’apprentissage scolaire, l’accompagnement psychosocial et l’initiation aux métiers.

– La réinsertion qui permet à l’enfant de retrouver sa famille ou sa communauté. Cette dimension est importante et elle est de trois types à savoir: la réinsertion scolaire, la réinsertion professionnelle et la réinsertion socio-économique. Malheureusement les ressources limitées ne permettent pas d’accorder toute l’attention voulue à cette réinsertion, ce qui pousse parfois les enfants à retourner dans les groupes armés.

7. LA CONTRIBUTION DE LA MONUC
La Mission des Nations – Unies au Congo exhorte sans arrêt les groupes armés opérant en RDC à libérer « immédiatennent » les enfants soldats qu’ils détiennent. Elle montre clairement aux groupes armés que le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats par les forces armées est un crime de guerre et un crime contre l’humanité qui ne saurait rester impuni!

8. LA LUTTE CONTRE L’IMPUNITE
Le procès de la Cour Pénale Internationale contre l’ex leader de l’UPC,Thomas LUBANGA en Ituri, représente une étape importante dans les efforts de mettre fin à l’impunité des personnes qui utilisent les enfants dans les groupes et forces armés. L’inculpation et la condamnation par la Cour Pénale Internationale des seigneurs de guerre et tous ceux qui les soutiennent doivent montrer la détermination de la Communauté Internationale dans la lutte contre le phénomène d’enfants soldats.

9. PERPECTIVES D’AVENIR
L’amélioration des relations entre la RDC et ses voisins, le Rwanda et I’Ouganda, permet d’espérer l’arrêt des luttes armées et, espérons-le, la fin du phénomène « enfants soldats » dans ces pays.

Il est impératif que le gouvernement congolais et les Nations- Unies soutiennent des programmes DDR conséquents en évitant des programmes trop courts, car les enfants ont besoin de soutien et de protection durables après leur réinsertion afin qu’il ne soient pas tentés de réjoindre à nouveau les milices et autres forces négatives.

Il est nécessaire d’intensifier la sensibilisation pour promouvoir l’engagement de la communauté contre l’enrôlement des enfants. Il faudra obliger les responsables adminisratifs locaux à prendre ou appliquer des mesures contre le recrutement des enfants et à s’impliquer dans la réinsertion des enfants démobilisés. Jusqu’à présent la réinsertion semble l’affaire des ONGs et des agences des Nations. Les discours rassurants de leaders ne sont plus suffisants. Il faut qu’ils passent aux actes!

La reconstruction économique, la réhabilitation des infrastructures sociales de la RDC, en particulier les infrastructures socio-éducatives, la lutte contre la pauvreté et contre la corruption, la poursuite du processus démocratique avec le soutien de la Communauté internationale constituent le remède durable au phénomène d’enfants soldats dans ce pays.

Leave a comment

Filed under Advocacy, Africa, Conflicts and Disasters, Congo, Democratic Republic of, Emergencies, Emergencies in Congo, Français, Peacebuilding

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s