Haiti quake: Storm clouds ahead

Caritas water and sanitation advisers testing water bladders in Nambanam Camp, in Port-au-Prince, where 250 families live. Credit: CARITAS/Mathilde Magnier

Available also in French

By Mathilde Magnier, Caritas Communications Officer, Port-au-Prince

One month after the dramatic earthquake that devastated Port-au-Prince, the coming rainy season presents another major challenge to Caritas and other aid agencies.

The quake killed 217 000 people and left over one million Haitians without shelter. With most quake’s survivors living in overcrowded temporary settlements, crammed into wooden huts made of bed sheets and plastic bags, shelter and sanitation continue to be issues of concern.

The rainy season could start as early as end of February. It is threatening to cause landslides and bring about health problems in the makeshift camps where more than 500,000 people are living. Rain is already falling and afternoon showers are more and more frequent in Port-au-Prince.

“The rainy season is our biggest concern at the moment. It will affect people’s well being and security,”  said Isaac Boyd, CRS shelter adviser (CRS is a Caritas member from the USA).

“As well as landslides and deteriorating sanitary conditions, it will cause a lot of misery. Many people worry about the fact they haven t received enough tangible shelters support so far, this is why we will give out as much plastic sheeting as possible in the coming days,” he said.

To date, the Caritas combined response has distributed nearly 11,000 emergency shelter kits and over 5000 tents to  Port-au-Prince, Jacmel et Léogâne.

“With the start of the rainy season, health and sanitary conditions will deteriorate dramatically in most camps and spontaneous settlements. It is essential we provide them with latrines and clean water, which will reduce disease. Typhoid, salmonella, diarrhoea are the kind of epidemics that could breakout,” said Robert Cruickshank, Caritas Water and Sanitation adviser.

As of today, the Caritas water sanitation and hygiene team installed 400 portable latrines in the downtown Champs de Mars camp with a service contract to have the latrines cleaned everyday. Caritas has been carrying out water and sanitation activities in 10 sites, including latrines, drainage clearing, and hand-washing stations. Potable water tanks and inflatable bladders have been set up in about six sites within Port-au-Prince.

To address the emergency, the Camp Management and Coordination Cluster and the Haitian government are advocating to fast track the temporary expropriation of large quantities of suitable private land within and outside the city. In order to prevent outbreaks of diseases, new sites need to be found that take flood risk, congestion, clearance of rubble, and proximity to services into consideration.

“In urban Port-au-Prince, big spontaneous settlements like Champs de Mars or Petionville Club will not be safe when it rains,” said Isaac Boyd. “Besides, there is too little physical space available. Most of the camps have inadequate services in terms of water, sanitation or fire hazards. Smaller sites present the same problems. With the rain, life will become unbearable in those camps.”

To tackle the problem, he said, “Caritas has started collaborating with other international agencies and the mayors of the different municipalities in order to move people from these inherently dangerous settlements and identify potential relocation sites.

“We will prepare them and arrange the basic services needed to make these places sustainable and healthy for the foreseeable future.”



La saison des pluies menace Haïti

Un mois après le tremblement de terre qui a dévasté Port-au-Prince, faisant 217 000 morts et laissant plus de 1 millions de Haïtiens sans abris, Haïti doit faire face a un autre défi de taille: la saison des pluies.

Alors que la plupart des survivants du séisme vivent dans des campements temporaires et surpeuplés, entassés dans des baraques de bois grossièrement assemblées, recouvertes de mauvais draps ou de sacs en plastique, les problèmes d’abri, d’eau et d’assainissement sont plus que jamais au cœur des préoccupations. Dans ces camps de fortune ou plus de 500.000 personnes sont actuellement refugiées, la saison des pluies, qui pourrait commencer des la fin du mois de Février, pourrait être à l’origine d’inondations, de glissements de terrain et de problèmes sanitaires d’importance. Les averses sont déjà de plus en plus fréquentes à Port-au-Prince.

«L arrivée de la pluie nous inquiète beaucoup. Les intempéries vont avoir un impact terrible sur l’état de sante et la sécurité de la population. En plus des inondations et de la détérioration des conditions sanitaires, ces pluies vont générer beaucoup de misère », explique Isaac Boyd, responsable Shelter chez CRS. « Beaucoup de gens sont préoccupés car ils sont toujours sans abris. Nous nous employons à distribuer autant de bâches que possible dans les prochains jours », continue-t-il.

A ce jour, Caritas a distribué environ11 000 kits d’abris d’urgence et plus de 5000 tentes, dont près de 1500 a Port-au-Prince, Jacmel et Leogan.

«Avec la saison des pluies, la santé et les conditions sanitaires de la population vont se dégrader de façon spectaculaire dans la plupart des camps. Il est essentiel que nous leur fournissions des latrines et de l’eau potable en suffisance. C’est la seule manière de réduire les risques de maladie et d’épidémies comme la typhoïde, la salmonellose ou la diarrhée», affirme Robert Cruickshank, conseiller eau et assainissement chez Caritas.

Les équipes hygiène et sanitation de Caritas ont déjà installé 400 latrines portables dans le camp du Champs de Mars. Un contrat de services assure le nettoyage quotidien des latrines. En outre, Caritas a mené des activités d’eau et d’assainissement dans 10 sites, comprenant latrines, nettoyage des drains, et points de lavage des mains. Des réservoirs d’eau potable et des ballons citernes gonflables ont également été mis en place dans six sites à l’intérieur de Port-au-Prince.

Le Cluster gestion des camps et coordination (CCCM) et le Gouvernement haïtien préconisent d’ores et déjà d’accélérer l’identification des terrains et propriétés sur lesquels la population des camps pourrait être renvoyée. Ce qui permettrait aux plus vulnérables de se diriger vers de nouveaux sites, plus sûrs, avant le début des pluies. Les critères à surveiller: les risques d’inondation, le dégagement des décombres et l accès aux services.

« A Port-au-Prince, les grands campements comme celui du Champs de Mars ou de Pétionville Club vont devenir dangereux lorsque la pluie va commencer à tomber», explique Isaac Boyd. «Et puis il ya trop peu d’espace physique a disposition. La plupart de ces installations temporaires sont trop limitées en termes d’accès à l’eau potable, d’assainissement ou même de risques d’incendie. Les camps de plus petites tailles présentent les mêmes problèmes. Avec la pluie, la vie va devenir insupportable là-bas. »

Le problème est de taille, c est pourquoi « Caritas et d’autres ONG présentes en Haïti collaborent déjà avec les maires de différentes communes et cherchent une solution», affirme encore Isaac Boyd. «Il est urgent que nous identifions au plus vite des sites de réinstallation potentiels et que nous commencions à y évacuer les refugiés des camps existants, complètement inadaptés », explique Isaac Boyd. « Dans ces nouveaux camps, nous serons en mesure de mettre en place les services de base nécessaires et ferons en sorte que les lieux soient viables. »

« Sans compter qu’en plus du reste, la question de la sécurité devient de plus en plus délicate», ajoute Isaac Boyd. « Par désespoir, ressentiment ou bien simple opportunisme, les gens commencent à attaquer les camions humanitaires ».

Leave a comment

Filed under Conflicts and Disasters, Emergencies, Emergencies in Haiti, Français, Haiti, Latin America

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s