Migration as a consequence of climate change

Caritas Senegal au Forum social mondial

On Tuesday 8 February, during the World Social Forum, Caritas Internationalis held a workshop on migration as a consequence of climate change. Caritas members will return to this issue in their countries and contribute towards solutions.

Raymond Yoro, Secretary General of Caritas Niger

“Eighty per cent of Niger’s population are crop farmers. However, recently the rainy season has been getting shorter. Currently the north of the country only has one month of rainfall per year, which has a huge impact on agriculture and prevents it from developing. This has led many people in rural areas to move to the country’s centres of population, and even to leave Niger in the hope of finding more favourable places for farming. Therefore, the northern regions of Niger are emptying out and areas in the south are over-exploited. Livestock farming also takes place in Niger. However, stockbreeders in the north have been forced to leave their villages due to a lack of water points and grazing, which has led to extremely strained relations between crop farmers and stockbreeders. NGOs are encouraging people to seed early, as the rainy season is no longer guaranteed.

Caritas Niger is working with local people on making use of water points and creating food supplements. We’re also working with a number of women’s groups and organisations to this end, and trying to set up early seeding in some areas to enable efficient exploitation of rainfall.”

Francis Atul Sarker, Project Development Director at Caritas Bangladesh

“Bangladesh is highly vulnerable to climate change as it is located on the world’s largest delta. The country also has a very high population density: 1,000 inhabitants per square kilometre. Our country is frequently hit by cyclones and flooding. Rising sea levels are also threatening us. Scientists estimate that by 2030 at least 3 million people will have to be displaced as a result of rising seal levels. And this exodus is already underway! Recently, 700 people have left three villages in the south of the country within the space of one year. Production of rice and other crops has declined as a result of high levels of salinity in the soil. Biodiversity and other natural resources have been weakened by this. Poverty levels have also risen. The north of the country, on the other hand, is suffering from drought due to the drying up of a river that we share with India. The water table is lowering and vegetation decreasing, which makes it more difficult for farmers to grow their crops. Bangladesh also has the largest number of landless peasants. At least 60 percent of the population are landless. Therefore, food security is a big problem. Finally, climate change also has negative effects on health: skin problems, dengue fever, malaria, cholera, etc., caused by encroaching salinity in the water.

“Caritas Bangladesh collaborates with a government organisation, the Bangladesh Rice Research Institute, which has developed two rice varieties, one tolerant to salinity and the other drought resistant. As we’re in contact with a large number of farmers, we’ve suggested they try using these seeds. Caritas Bangladesh has also developed small-scale water management technologies, such as rainwater collection and installation of water pumps and filters in ponds. We’ve also created new methods for growing vegetables, such as drip irrigation. This is how we’re trying to guarantee food security and prevent migration.”

Annette Chomba Malulu, head of the food security and income-generating activities programme at Caritas Zambia

“Zambia is strongly impacted by drought. In the south, farmers and communities only get 500 to 600 millimetres of rainfall per annum. Therefore, they’re obliged to move from this area to the northern regions where rain is abundant. We’re also subject to flooding, which affects crops. These floods also occur in urban areas. Residents are thus prevented from sending their children to school and are unable to leave their homes to go to market. They’re obliged to leave their homes and live elsewhere. In 2010 the government evacuated around 1,000 families. Given the cost of such an undertaking, people had to find accommodation using their own funds.

Caritas Zambia has set up a management programme for communities affected by natural disasters. Our members have discussions with communities and inform them about the best ways to reduce risk.”

Sok Sakhan is in charge of natural disaster response projects at Caritas Cambodia

“In the last 20 years, Cambodia has experienced drought, floods, storms and cyclones. The most difficult is drought, which lasts for several months. In addition, during the rainy season rivers burst their banks resulting in flooding of fields, houses and roads. Therefore, the 80 percent of the population who live off farming are no longer able to grow their crops properly. Some families are forces to sell their land and migrate within their district or to a neighbouring province, or even to another country such as Thailand. Such migration often leads to people trafficking, including slavery and prostitution of women.

Caritas Cambodia has drawn up an integrated development programme, in which we’ve incorporated a natural disaster emergency response programme. We’re also acting to reduce rural exodus and people trafficking. A development programme aimed at young people provides them with training so that they’re able to seek employment and stay in their villages. Caritas Cambodia is also trying to minimise the impacts of climate change by developing irrigation systems and supplying villages with water pumps.”

Interviews by Clémence Richard

La migration, conséquence du changement climatique

Caritas Internationalis, réseau international dont le Secours Catholique est membre, a tenu mardi 8 février, lors du Forum social mondial, un atelier sur la migration comme conséquence du changement climatique. Les membres de Caritas reviennent sur ce phénomène dans leur pays et apportent des solutions.

Raymond Yoro, secrétaire général de Caritas Niger

« Le Niger compte une population composée à 80% d’agriculteurs. Or ces derniers temps, la saison des pluies diminuent. Actuellement, le nord du pays n’a plus qu’un mois de pluie, impactant ainsi très fortement l’agriculture qui ne peut se développer. Ce phénomène pousse de nombreuses personnes du milieu rural à se déplacer dans les grands centres du pays, voire même à quitter le Niger dans l’espoir de trouver des endroits plus cléments pour pratiquer l’agriculture. Ainsi les régions du Nord du Niger se vident et les zones du sud sont surexploitées. Le Niger est également un pays d’élevage. Or les éleveurs du nord sont contraints de quitter leurs villages à cause du manque de points d’eau et d’herbe, un manque qui crée de fortes tensions entre les agriculteurs et les éleveurs. Toutefois des ONGs amènent la population à utiliser des semences précoces, la saison des pluies n’étant plus garantie.

Caritas Niger travaille avec les populations en vue d’exploiter les points d’eau et de créer des compléments alimentaires. Nous travaillons également avec un certain nombre de groupements de femmes et d’organisations dans ce but. Par ailleurs, nous cherchons à mettre en place des semences précoces dans certaines zones pour permettre une exploitation rationnelle des pluies. »

Francis Atul Sarker, directeur des projets de développement à Caritas Bangladesh

« Le Bangladesh est très vulnérable au changement climatique car il se trouve sur le plus large delta du monde. De plus, la densité de population est très élevée : 1000 habitant par kilomètre carré. De fréquents cyclones et inondations frappent notre pays. Par ailleurs, la montée du niveau de la mer nous menace. Les scientifiques estiment que d’ici 2030 au moins 3 millions de personnes devront être déplacées à cause de la montée du niveau de la mer. Et cet exode est déjà en cours actuellement ! Dernièrement, 700 personnes ont quitté trois villages dans le sud du pays en un an. La production de riz et autres cultures décroit à cause du fort taux de salinité des terres. La biodiversité et d’autres ressources naturelles en sont fragilisées. Ainsi le niveau de la pauvreté augmente. Au contraire, le nord du pays souffre de la sécheresse due à l’assèchement d’une rivière que nous partageons avec l’Inde. La nappe phréatique baisse et la végétation diminue, avec pour conséquence la difficulté pour les agriculteurs à cultiver. Par ailleurs, le Bangladesh compte le plus grand nombre de paysans sans terre. Au moins 60% de la population est sans terre. La sécurité alimentaire est donc un grand problème. Enfin, le changement climatique a également des effets négatifs sur la santé : problèmes de peau, dengue, malaria, choléra, etc. provoqués par l’intrusion de la salinité dans l’eau.

Caritas Bangladesh collabore avec un institut gouvernemental, le Bureau de recherche sur le riz du Bangladesh, qui a inventé des variétés de riz, l’une tolérante à la salinité et l’autre résistante à la sécheresse. Comme nous sommes en contact avec un grand nombre d’agriculteurs, nous leur proposons d’essayer d’utiliser ces semences. Caritas Bangladesh développe aussi de petites technologies sur la question de l’eau, comme la récolte de l’eau de pluie, la mise en place de pompes à eau et de filtres dans les étangs. Nous avons également crée de nouvelles méthodes pour la culture de légumes, comme l’irrigation au goutte à goutte. Nous tentons ainsi d’assurer ainsi la sécurité alimentaire et prévenir la migration. »
Annette Chomba Malulu, responsable du programme de sécurité alimentaire et d’activités génératrices de revenus à Caritas Zambie

« La Zambie est fortement impactée par la sécheresse. Dans le sud, les fermiers et les communautés reçoivent seulement 500 à 600 millimètres d’eau. Ils sont donc contraints de quitter cette zone pour les régions du nord suffisamment pourvues en pluies. Nous sommes également touchées par des inondations qui affectent les récoltes. Ces inondations ont également lieu dans les zones périurbaines. Les résidents ne peuvent donc plus envoyer leurs enfants à l’école en raison de l’eau et ne peuvent pas non plus quitter leurs maisons pour aller au marché. Ils sont obligés de quitter leur maison et d’aller vivre ailleurs. Le gouvernement a d’ailleurs évacué environ 1000 familles en 2010. Comme il s‘agissait d’une entreprise trop coûteuse, les personnes ont du trouver un logement par leurs propres moyens.

Caritas Zambie a mis en place un programme de management des communautés touchées par des catastrophes naturelles. Nos membres discutent avec les communautés et leur communiquent les meilleurs moyens de réduire les risques. »

Sok Sakhan, en charge des projets de réponse aux catastrophes naturelles pour Caritas Cambodge
« Depuis ces deux dernières décennies, le Cambodge subit la sécheresse, les inondations, les tempêtes et les ouragans. Mais le plus difficile reste la sécheresse qui dure plusieurs mois. Par ailleurs, lors de la saison des pluies, les rivières débordent inondant les champs, les maisons et les routes. La population, qui vit à 80% de l’agriculture, ne peut donc plus cultiver convenablement. Certaines familles sont alors contraintes de vendre leurs terres et de migrer dans le district ou la province voisine, parfois même dans un autre pays, en Thaïlande, par exemple. La migration de ses personnes entraîne très souvent un trafic d’êtres humains : esclavage ou prostitution des femmes.

Caritas Cambodge a conçu un programme de développement intégré dans lequel nous avons incorporé le programme d’urgence en réponse aux catastrophes naturelles. Nous agissons également pour réduire l’exode rural et le trafic humain. Un programme de développement à destination des jeunes leur offre des formations afin qu’ils puissent chercher un travail et ainsi rester dans leur village. Caritas Cambodge essaye également de minimiser les impacts du changement climatique en développant des systèmes d’irrigation et en pourvoyant les villages de pompes à eau. »
Propos recueillis par Clémence Richard

Leave a comment

Filed under Advocacy, Africa, Climate Change, Development, Français, High-Level Meetings and Events, Migration, Senegal, World Social Forum

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s